Avantages

Le Canacla®, avantages en termes de santé, avantages écologiques et économiques

texte abrégé (ici le document complet de 12 pages en PDF)


1. Les avantages du Canacla® en termes de santé
Le Canacla en fer forgé et le Canacla en céramique ne sont pas seulement de beaux objets d’art, entièrement fait de manière artisanale, qui séduisent par leur beauté et leur design, ce sont également des objets utilitaires très prisés par les professionnels de la santé, parce ce que le Canacla présente les avantages suivants :

1.1. Avec le Canacla on se le lave les mains,

1 plus souvent  2 correctement  3 au bon moment et au bon endroit  4 avec joie

 

1  plus souvent : le Canacla étant très accessible , car installé aux endroits les plus fréquentés, « j’y vais pour me laver les mains… » est remplacé par « je me lave les mains, ici et maintenant ! ».

Ainsi le Canacla révolutionne un acte de la vie quotidienne: se laver les mains n’est plus un acte « tabou» à effectuer quelques (rares!) fois par jour dans une salle d’eau, loin des regards des autres. « Canaclaquer » est un acte ludique et convivial, qu’on effectue avec plaisir (pourquoi pas en chantant et en dansant !), sans la moindre gêne, en regardant ceux et celles qui…nous regardent avec un grain d’étonnement.

2  correctement , pour deux raisons :

- le système de fonctionnement du Canacla, ainsi que la méthode de « canaclaquer», que chaque personne se doit d’apprendre, nous incite à respecter, avec plaisir, les 30 secondes de frottement des mains couvertes de savon (alors que cette durée dépasse rarement 3 secondes lors d’un lavage au robinet).

- avec le Canacla, les mains ne touchent rien ; ni avant, ni pendant, ni après le lavage des mains. Par ce fait, le Canacla atteint le même haut degré d’hygiène que le robinet automatique électronique à détection infrarouge, auquel il constitue une alternative intéressante. Ainsi, le Canacla, conçu et né au Sénégal, mérite bien son surnom de « robinet automatique venant de l’Afrique ».

3  au bon moment et au bon endroit le Canacla, étant un objet décoratif, a sa place en plein milieu du salon du restaurant, du hall de l’hôtel, de la salle à manger etc, endroits où habituellement il n’y a pas de points d’eau permettant le lavage des mains. Cette absence constitue d’ailleurs un problème important de santé publique, particulièrement dans les pays tropicaux et sub-tropicaux, où les maladies à transmission féco-orale sont fréquentes.

Ainsi on se lave les mains,

- au bon moment : juste avant de commencer le repas ;

- à l’endroit le plus adéquat: à quelques pas de la table, et non pas aux toilettes, lieu par excellence de « recontamination » involontaire des mains (voir le point 1.2.3).

avec joie :

« Avec le Canacla, c’est la joie ! ». Avec le Canacla, le lavage des mains n’est plus une corvée, un devoir qu’on exécute rapidement et à contre cœur, mais une minute de détente et de joie, dont on doit profiter, car on a en tellement besoin ! Ceux qui pensent que « perdre une minute, ils ne peuvent se le permettre » , sont ceux qui en ont le plus besoin…

Canaclaquer c’est « se laver les mains et les idées ».

1.2. Le Canacla apporte la solution la plus appropriée à plusieurs problèmes  de santé publique, qui réduisent l’efficacité de la lutte contre les maladies à transmission féco-orale. Les plus importants sont :

1.2.1. Très peu de cuisines sont équipées d’un lavabo où on peut se laver les mains.

Le lavage des mains se fait tout simplement dans l’évier, au robinet.

Et pourtant, l’évier n’est pas du tout l’endroit indiqué pour se laver les mains.  La personne qui s’approche de l’évier devrait être une personne qui a les mains propres, lavées à un point d’eau installé à autre endroit de la cuisine.

1.2.2. Dans les restaurants avec « self-service », en règle générale, rien n’est prévu pour que le client puisse se laver les mains avant de se servir.

Et pourtant, les rares clients qui se lavent correctement les mains juste avant de se servir, ne rendent pas seulement service à eux-mêmes mais aussi et surtout à tous les clients qui se serviront après eux : ils évitent que « leurs » microbes pathogènes puissent se transmettre sur les ustensiles (qu’ils utilisent pour se servir), ustensiles qui à leur tour transmettent ces microbes sur les mains des clients qui se serviront par la suite.

1.2.3. Dans les toilettes publiques (restaurants, hôtels aéroports etc), le plus souvent rien n’est prévu pour pouvoir se laver les mains immédiatement après avoir été à selle et avoir effectué la toilette intime.

Et pourtant, il est IMPERATIF de se laver les mains immédiatement après avoir été à selle et avoir effectué la toilette intime : la main souillée ne doit rien toucher aussi longtemps que les mains n’ont pas été très soigneusement lavées. (une seule main est souillée, mais pour que cette main soit lavée correctement, elle a besoin de l’autre main !).

Souvent le lavabo et le robinet se trouvent « trop loin  et trop haut » du WC à l’anglaise sur lequel on est assis, pour qu’on puisse se laver les mains , tout en restant assis sur la cuvette. On est donc obligé de se rhabiller avant de se laver les mains. Mais en se rhabillant d’abord (utilisant nécessairement les deux mains), les microbes de la main souillée se déposent sur tous les objets que cette main touche (la ceinture du pantalon, les boutons de la chemise, etc).

Le lavage des mains après-coup, c’est mieux que rien, mais il arrive trop tard : entre temps beaucoup de microbes ont quitté les mains et ont été déposés sur les vêtements. Le bénéfice de ce lavage des mains est donc partiellement perdu.

La présence du Canacla , placée à la hauteur adéquate, permet de se laver les mains correctement et au bon moment, tout en étant à son aise assise sur la cuvette. Ensuite, on se lève et on se rhabille avec des mains tout propres.

1.2.4. beaucoup de gens se lavent les mains au robinet, mais peu de gens se lavent les mains correctement : ils « sautent» la deuxième étape du lavage des mains, notamment celle du frottement des mains pendant environ 30 secondes .

C’ est pourtant l’étape cruciale, car seul le frottement prolongé des mains couvertes de savon a pour effet que les microbes pathogènes présents sur la peau des mains quittent la surface des mains pour entrer dans le savon.


1.2.5. Le Canacla offre la solution la plus appropriée à ces 4 problèmes importants de santé publique :

- le Canacla peut être installé et rendu opérationnel en moins de 15 minutes, sans aucune nécessité d’apporter des modifications aux installations sanitaires,

- se laver les mains au Canacla n’ étant pas une corvée mais un moment de détente et de joie, les gens se lavent les mains spontanément au moins 10 fois par jour

- la méthode du lavage des mains au Canacla garantit un lavage correct des mains

2. Les avantages écologiques du Canacla®

Les avantages écologiques du Canacla sont d’une telle évidence qu’il est inutile de consacrer plus de 12 lignes à ce chapitre . Il suffit de rappeler ici :

- que l’eau est une ressource naturelle rare que nous devrons cesser de gaspiller ;

- que chaque lavage des mains au robinet s’accompagne d’un énorme gaspillage d’eau : 3 litres d’eau sont utilisés en moyenne

- dans le monde de plus en plus de personnes ont accès à l’eau courante et utilisent cette eau entre autres pour se laver les mains

- avec l’apparition de nouvelles maladies, les gens doivent se laver les mains fréquemment

C’est ainsi que dans le monde le lavage des mains, aussi utile soit il, devient une menace écologique s’il continue de s’accompagner de gaspillage d’ eau. Il est donc impératif que le lavage des mains se fasse de manière écologique : sans le moindre gaspillage d’eau. Le Canacla répond à cette exigence.

3. Les avantages économiques du Canacla®

3.1. Au Sénégal, se procurer un Canacla Robusta, est-ce un investissement rentable ? »

Se procurer un Canacla Robusta (au Sénégal comme ailleurs dans le monde) ne représente pas seulement une contribution concrète pour préserver notre environnement et pour améliorer la santé, c’est également un investissement hautement rentable. Si à l’heure actuelle peu de gens s’en rendent compte, c’est parce qu’ils ne réalisent pas encore que :

- l’eau n’est pas seulement rare, elle est également coûteuse ;

- le temps où on disait « time is money, water is nothing » est révolu ;

- quand l’eau coule, c’est l’argent qui file.

On dit encore trop souvent « ce n’est que de l’eau ». Rien d’étonnant donc que la plupart des gens pensent que consommer 3 litres d’eau pour se laver les mains au robinet n’est pas du gaspillage. Et pourtant, c’est même un gaspillage énorme. Et ce gaspillage, on le paie… à la Société des Eaux (SDE). Les factures onéreuses de la SDE, on les acquitte avec un sentiment de fatalité « que voulez-vous, c’est beaucoup d’argent, mais on n’y peut rien».

Rien n’est moins vrai: ces factures onéreuses sont moins le produit du prix de l’eau, que le résultat du gaspillage, qui en est la cause première.

Supprimer le gaspillage d’eau n’est pas seulement un geste écologique et civique, c’est aussi une nouvelle manière de gagner de l’argent. Et qui ne voudrait pas en gagner?

Pour le moment très peu de personnes à Dakar ont entendu parler du Canacla et encore moins ont eu l’occasion de le tester et de faire la comparaison : elles ne savent pas que le robinet, lorsqu’il est utilisé pour se laver les mains, consomme 30 fois plus d’eau, et donc 30 fois plus d’argent (3 litres au lieu de 0,1 litre, soit une économie 2 900 ml) et que cette économie extraordinaire, explique pourquoi le Canacla est probablement l’économiseur d’eau le plus efficace au monde.

3.2. Rentabilité et durée d’amortissement de deux économiseurs d’eau : le Canacla® et le robinet électronique.

Tableau 1 : Rentabilité et durée d’amortissement de deux économiseurs d’eau : le Canacla® et le robinet électronique.

(si prix de l’eau = 0,788 fcfa par litre)

 

  Canacla RobustaPrix  =
54 280 fcfa TTC
robinet électroniquePrix  =

314 880 fcfa TTC, en moyenne

    rentabilitépar an* durée d’amortissement** rentabilitépar an* durée d’amortissement**
  

Fréquence d’utilisation

 (nombre de fois utilisé, en moyenne, par jour)

100 fois (83 410divisé par

54 280)

X 100

 

 

153,67%

54 280divisé par

83 410

0,65ans****

(= moins de 8 mois)

(57 524 ***divisé par

314 880)

X 100

 

18,26%

314 880divisé par

57 524

5,47 ans

 50 fois

 

 

(41 705divisé par

54 280)

X 100

76,83%

54 280 divisé par41 705

 

 

1,3 ans *

(28 762divisé par

314 880)

X 100

 

 

9,13%

314 880divisé par

28 762

 

10,94ans

 

20 fois (16 682divisé par

54 280)

X 100

30,73%

54 280 divisé par 16 682

3,25 ans

(11 504divisé par

314 880)

X 100

3,652%

314 880divisé par

11 504

27,35 ans

* : rentabilité par an : [(nombre de litres épargné par an par  X prix de 1 litre d’eau) divisé par coût de l’économiseur ] X 100

** :durée d’amortissement : coût de l’économiseur divisé par (nombre de litres épargné par an X prix de 1 litre d’eau)

- le Canacla Robusta : voir le tableau 2

- le robinet électronique :

*** : 57 524 = Nombre de litres d’eau épargné par an X 0,788= 73 000 X 0,788

73 000 litres = 200 litres par jour X 365 jours

200 litres = 2 litres X 100 = la quantité d’eau épargnée par jour en utilisant 100 fois le robinet électronique ; 2 litres= la quantité d’eau épargnée en utilisant une fois le robinet électronique

**** : cette durée d’amortissement est extrêmement courte : 0,65 ans = moins de 8 mois.

Ceci est dû au fait que le Canacla est probablement l’économiseur d’eau le plus efficace au monde.

3.2.1. La rentabilité du Canacla : Dès qu’on jette un coup d’œil sur le Tableau 3, ce qui frappe, c’est la rentabilité extraordinaire du Canacla : par exemple, chez un abonné non domestique (qui paie l’eau à 788 fcfa le m³) où le Canacla est utilisé 100 fois par jour en moyenne (on rappelle ici que la fréquence d’utilisation du Canacla peut atteindre 2 160 fois par jour), la rentabilité annuelle s’élève à 153,67%.

3.2.2. La durée d’amortissement du Canacla

C’est également le Tableau 3 qui présente la durée d’amortissement du Canacla. Les chiffres sont parlants : chez un abonné non domestique (qui paie l’eau à 788 fcfa le m³) où le Canacla est utilisé 100 fois par jour en moyenne, la durée d’amortissement du capital investi dans le Canacla est de 0,65 ans, c’est-à-dire (0,65 x 12= 7,8 mois) moins de 8 mois.

Par comparaison, une autre excellente initiative au Sénégal dans le cadre du développement durable, l’installation d’un système photovoltaïque (« panneaux solaires ») : durée d’amortissement… 10 ans environ.

3.3. Le Canacla® et le robinet électronique, quelle différence ?

Cette problématique sera abordée à travers un cas concret : celui d’une famille sénégalaise où on se lave les mains en moyenne 50 fois par jour. Cette famille a un abonnement domestique auprès de la SDE. Etant donné que la SDE accorde aux abonnements domestiques un volume considérable de 20 m³d’eau à un tarif préférentiel (par 2 mois), cette famille paie son eau à 394 fcfa par m³en moyenne.

Le chef de famille se demande s’il ne serait pas préférable d’investir dans un robinet électronique, au lieu d’acheter un Canacla.

Avant de prendre une décision, il tiendra compte des points suivants :

1. le robinet électronique et le Canacla sont deux économiseurs d’eau qui, en termes d’hygiène offrent le même avantage: les mains ne touchent à rien ;

2. le robinet électronique a cependant les inconvénients suivants :

2.1. il ne fonctionne pas en cas de coupure d’électricité, tandis que le Canacla n’a pas besoin d’électricité,

2.2. il ne fonctionne pas en cas de coupure d’eau, tandis que le Canacla continue à fonctionner pendant ces coupures : une petite réserve d’eau de 5 litres, qui se trouve toujours près du Canacla, permet le remplissage manuel du Canacla ;
2.3- le robinet électronique est réellement un économiseur d’eau, mais il consomme, malgré tout, 10 fois plus (1 litre au lieu de 0,1 litre, soit une différence de 900 %) d’eau que le Canacla ;

2.4. son prix est 6 fois supérieur à celui du Canacla: 314 880 fcfa TTC, en moyenne, contre 54 280 fcfa TTC pour le Canacla ;

2.5. sa rentabilité est 8 fois inférieure à celle du Canacla (voir Tableau 3)
2.6. sa durée d’amortissement est très longue : il faudra presque 11 ans avant que le chef de famille aura récupéré le montant investi, tandis que la durée d’amortissement du Canacla est à peine de 1 an et 4 mois (voir également Tableau 3).

C’est donc sur base d’un raisonnement strictement économique que ce chef de famille comprendra que le robinet électronique peut difficilement trouver sa place dans un cadre familial, tant en Afrique, qu’en Europe, qu’ailleurs.

3.4. Quand peut-on dire « le Canacla, en réalité, il ne vous coûtera rien » ?

A la question « le Canacla, combien ça coûte ? » on peut parfois répondre « le prix du Canacla, c’est 54 280 fcfa, mais en réalité, il ne vous coûtera rien ». En effet, on peut dire qu’un objet « ne coûte rien » si la durée d’amortissement est moins d’un an : l’argent dépensé pour l’achat de l’objet est récupéré avant qu’une année soit écoulée.  Pour le Canacla cette situation se produit quand l’économie sur la facture d’eau, faite en un an, est supérieure au prix du Canacla, donc si le produit [(coût du litre d’eau)  X  (fréquence moyenne d’utilisation par jour)  X  (365 jours) ] est supérieur au prix du Canacla.

Dans le cas concret de l’abonné non domestique au Sénégal, qui paie son eau à 0,788 fcfa le litre,  « le Canacla ne lui coûtera rien » si la fréquence moyenne d’utilisation est de 66 fois par jour ou plus, en effet : 54 280 divisé par (0,788 x 365 x 2,9) = 65,076.

CONCLUSION : L’utilisation du Canacla dans les hôtels et restaurants, dans les lieux publics, dans les familles etc peut largement contribuer à la réduction des maladies à transmission féco-orales, tout en rationalisant la consommation d’eau.

L’utilisation du Canacla dans les Etablissements de Santé peut grandement contribuer à la réduction des maladies nosocomiales.