C’est quoi ?

VERSION PDF:

Le CANACLA

The CANACLA

De CANACLA

Le Canacla®, c’est quoi ?  CANACLA signifie CANAri  à  CLApet.

Le mot canari désigne en Afrique  un récipient traditionnel en terre cuite. Ce récipient a été à la base de l’invention du Canacla®. Son inventeur est Jacques Vanhercke, qui a eu l’idée de munir le canari d’un clapet. C’est grâce au clapet et à un petit tuyau qui traverse la paroi du canari, que l’eau sort du canacla sous forme d’un petit jet, au moment où nos poignets soulèvent le clapet (nos mains ne touchent à rien !)

Pourquoi aime-t-on le CANACLA® ?
On aime le Canacla en céramique, d’abord  parce que c’est un bel objet d’art, mais aussi parce qu’il est pourvu de 4 vertus très utiles : il contribue à préserver notre santé, il est  écologique et économique, il est … ludique :
1. il contribue à  préserver notre santé, car avec le Canacla,

-on se lave les mains mieux qu’au robinet (voir plus loin)

- on se lave les mains au bon moment (par exemple, juste avant de manger) et au bon endroit (par exemple, à deux mètres de là où on mange): le Canacla, étant un objet décoratif, a trouvé sa place à l’intérieur de la salle à manger, du restaurant (etc.), endroits où habituellement il n’y a pas de robinet permettant le lavage des mains.

(Cette absence constitue d’ailleurs un problème important de santé publique, particulièrement en Afrique, où les maladies infectieuses transmises par des mains non lavées sont fréquentes).

- on se lave les mains plus souvent : le Canacla étant très accessible (car installé à l’endroit le plus fréquenté de la maison), « je vais me laver les mains… » est remplacé par « je me lave les mains, ici et tout de suite ! »  Ainsi le Canaclarévolutionne un acte de la vie quotidienne: se laver les mains n’est plus un acte « tabou» à effectuer quelques (rares!) fois par jour dans une salle d’eau, loin des regards des autres.

2. le Canacla est écologique :

Avec le Canacla, on se lave les mains correctement tout en utilisant très peu d’eau, (voir plus loin), une ressource naturelle précieuse que nous devrions cesser de gaspiller.
3. le Canacla est économique :

- il diminue la facture « santé », en diminuant le risque d’être contaminé par une «maladie des mains non lavées » ;

- il diminue la facture « eau ». Ceci est particulièrement le cas pour les restaurants, où  beaucoup de clients omettent de refermer le robinet, non pas par oubli mais pour des raisons d’hygiène : considérant le robinet comme un objet souillé (ce qui est d’ailleurs vrai) ils ne veulent plus le toucher avec leurs mains…toutes propres !
4. le Canacla est ludique :

- il est amusant de « jouer » avec le clapet
- le Canacla fait « chanter les mains» (voir plus loin).

Pourquoi les mains sont-elles mieux lavées quand on utilise le Canacla ?

- le Canacla est super hygiénique, car les mains ne touchent à rien ! Le Canacla offre donc la même hygiène que le robinet automatique (robinet électronique à détection infrarouge).
- en utilisant le Canacla on respecte facilement la durée de 30 secondes de frottement des mains (cette durée est nécessaire pour obtenir des mains correctement lavées), alors que cette durée dépasse rarement 3 secondes lors d’un lavage au robinet) ;
Le saviez-vous ?

- pour obtenir un lavage correct des mains au robinet on utilise en moyenne 3 litres d’eau

(= 3.000 ml). Cette quantité d’eau est un gaspillage énorme, car elle est de 2.900 %

(= 30 fois) supérieure à la quantité nécessaire pour obtenir un lavage correct des mains au Canacla, qui consomme à peine 100 ml d’eau.

- en utilisant le robinet automatique le gaspillage d’eau reste important : on utilise en moyenne 1 litre, c’est 900% (10 fois) plus qu’avec le Canacla

- canaclaquer = se laver les mains au Canacla
- un canaclaqueur/une canaclaqueuse est une personne masculine/féminine qui sait comment canaclaquer et qui l’a déjà fait.
Canaclaquer, comment fait-on ?
Nadège vous le montre :

1) je prends un (petit) morceau de savon, que je place dans la paume d’une main.

2) OUPS ! …. OUPS ! ……OUPS !

j’ouvre à trois reprises le clapet pendant environ une seconde (avec chaque fois quelques secondes d’intervalle) utilisant les avant-bras ou les poignets : l’eau tombe dans la paume de mes mains. Pendant les intervalles je frotte le savon sur la paume de mes mains, pour obtenir de la mousse.

Après la troisième ouverture du clapet, je continue encore le frottement du savon sur mes mains jusqu’à ce que la mousse couvre entièrement les deux mains

3) je remets le morceau de savon

4) maintenant l’étape « le lavage proprement dit » commence):

je me retire du Canacla (laissant la place aux autres!), je me redresse et je frotte énergi- quement les mains couvertes de mousse de savon pendant environ 30 secondes (pourquoi pas en chantant et en dansant !).

C’est par ce frottement prolongé que les mauvais microbes (les microbes pathogènes) quittent la peau des mains et entrent dans la mousse de savon.

Remarque : « le lavage proprement dit » est l’étape la plus importante, et c’est précisément cette étape qui est presque toujours supprimée quand on se lave les mains au robinet : à peine la mousse de savon se trouve sur les mains et déjà on commence le rinçage !

5) le rinçage:

Lors du rinçage, les 2 poignets soulèvent le clapet et le maintiennent en position « ouvert » : l’eau coule sans arrêt sur les mains (entre temps je continue le frottement des mains !), jusqu’à ce que je constate que tout le savon a disparu.

6) le séchage des mains :

La méthode la plus hygiénique et la plus écologique, c’est « d’égoutter » les mains en les secouant, et ensuite de les laisser sécher à l’air libre (encore un changement de comporte ment!). Il faut surtout éviter d’essuyer les mains à un essuie-mains déjà utilisé par d’autres personnes.

7) Le chant des mains propres :

Après quelques instants de séchage à l’air libre, les mains (« tellement contentes d’avoir été si bien lavées et avec si peu d’eau ! ») produisent un son (en frottant le pouce contre les doigts pliés), appelé de façon poétique «le chant des mains propres ». C’est une belle récompense que les mains offrent aux canaclaqueurs et canaclaqueuses !